Imaginales 2015

Publié le par Aurélie Genêt

l'affiche de cette année

l'affiche de cette année

Imaginales 2015

Il m'aura fallu quelques jours pour trouver le temps d'évoquer ce formidable festival des littératures de l'imaginaire que sont les Imaginales d’Épinal. Ce festival de dimension européenne (voire mondiale avec la présence cette année de Robin Hobb, que tous les passionnés du genre connaissent) ne pouvait pas être mieux situé qu'Épinal, ville de l'image par excellence puisque sa célèbre imagerie fut fondée en 1796 ne pouvait pas. Cadre verdoyant sur les bord de la Moselle dans l'agréable environnement vosgien...

Et puis, surtout, je l'avoue, ça se trouve à moins d'une heure et demie de route de chez moi (autant dire que, quand on vit à la campagne et qu'on a l'habitude de devoir prendre sa voiture pour la moindre course, ce n'est rien). Ça compte. Et ça m'a permis d'y être durant les quatre jours en rentrant chez moi chaque nuit.

Juste un petit aperçu du bâtiment principal dédié aux livres (parce qu'il y a de nombreuses autres choses: nombreuses conférence, démonstration d'escrime historique, peinture sur corps, atelier d'écriture... ainsi que des expositions dans toute la ville), alors qu'il n'y avait pas encore trop de monde:

Imaginales 2015

J'ai donc pu poser mes livres pour quelques ventes et aussi de nombreuses discussions avec des visiteurs.

Je remercie d'ailleurs les responsables des stands qui m'ont laissé une petite place pour poser mes deux romans: les Modifiés et Rose Poney.

Tout d'abord, http://www.sealb.fr/ une société d'écrivains locaux (qui prouve que Lorrains et Alsaciens peuvent s'entendre si ce n'est pas sous la contrainte)

Une petite photo:

Imaginales 2015

Seulement, problème: les auteurs tournant sur ce stand, je n'avais de la place que jeudi et vendredi. Ce qui, avouons-le, était un peu agaçant: en effet, prendre deux jours de congé pour être ensuite libre le samedi-dimanche, c'est quand même bête.

Surtout qu'habitant dans la région, j'avais bien l'intention de faire les quatre jours. Heureusement, j'ai pu profiter de l'offre généreuse des responsables de la revue Etherval de m'installer avec eux pour ces deux derniers jours http://www.etherval.com/static/

Photo du stand, histoire de profiter des couvertures de leurs belles revues colorées:

Et puis surtout, les Imaginales, ce sont des rencontres. Rencontres avec des lecteurs, bien sûr (j'ai eu la chance de recroiser la personne grâce à laquelle j'avais eu l'idée de Rose Poney). Rencontres avec des amis de la toile, de ceux que l'on croise sur les forums ou sur facebook, avec on échange ce qu'on a si précieux (nos écrits) et qui partagent une même passion que nous. Ceux, pourtant, que l'on ne connait que derrière un écran, par des mots, par un pseudo ou un avatar. Rencontres plaisir donc, qui a abouti à une joyeux repas au restaurant et que j'espère renouveler l'année prochaine.

Il y a aussi les rencontres avec ceux que l'on voudrait croiser en chair et en os depuis longtemps et que l'on n'a jamais eu l'occasion de voir (je pense à Cyril, de Sombres-rets).

Rencontres rapides, le temps d'un autographe parfois, avec des auteurs connus.

Rencontres avec d'autres petits auteurs avec qui échanger nos expériences.

Ou encore rencontres avec des illustrateurs, des éditeurs, rencontres qui, peut-être, fructifieront un jour ou qui, en tout cas, peuvent donner une orientation nouvelle à nos projets.

Bref, les Imaginales, c'est beau, c'est grand, c'est riche, c'est un bon (et épuisant) moment et c'est, évidemment, à refaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article