de cape et de crocs

Publié le par Aurélie Genêt

de cape et de crocs

Impossible d'avoir une rubrique "coup de cœur" sur ce blog sans évoquer la jubilatoire bande dessinée de Masbou et Ayroles, De cape et de crocs.

Pour commencer, un lien sur un site qui lui est entièrement consacré:

http://www.decape.askell.com/

Passionnée comme je le suis par le XVIIè siècle, je ne pouvais pas passer à côté. J'avoue l'avoir au départ acheté par hasard, juste pour la référence historique, mais sans grand engouement. En tant normal, je n'aime guère les bd animalières, où les hommes -en tout cas certains - sont remplacés par des animaux humanisés.

J'avoue aussi que de prime abord, les dessins m'ont semblé confus et m'ont un peu rebutée, notamment les dessins de personnages, et dieu sait que les personnages foisonnent dans cette histoire. De plus, j'avais eu le tort, par économie, d'acheter une version "poche" regroupant les trois premiers tome. Quelle erreur! Cette bd riche et bourrée de détails et de paroles succulentes ne se prête certes pas à une version miniaturisée.

... et puis... et puis passées mes réticences du début, dès les premières pages, je me suis laissée emportée dans ce monde hilarant et regorgeant de références.

Car si de cape et de crocs est déjà drôle à lire au premier degré, qu'en dire lorsque les références utilisées sont connues?

Les personnages, truculents, sont directement inspirés de la Comedia dell'arte ou du théâtre de Molière. En compagnie du renard français Armand Raynal de Maupertuis, du loup espagnol Don Lope de Villalobos y Sangrin (je vous laisse chercher le sréférences pour les noms de ces deux-là. C'est facile ;)) et d'Eusèbe, le lapin au passé mystérieux (une réussite comique, celui-là), on embarque à bord d'une galère turque ("mais qu'allait-il donc faire dans cette galère?") -oups, pardon, une chébèque -, on croise une jeune fille élevée par un vieil avare, on voyage sur la lune en compagnie de Cyrano...

Les références se lisent sur plusieurs plans. Ainsi le XVIIè s. est évoqué non seulement par les écrits ou les personnages de l'époque (par exemple, le théâtre du "vrai" Cyrano de Bergerac, et l'évocation des peuples de la lune qui rappelle ses écrits), mais aussi par le traitement de cette époque par des auteurs ultérieurs (le Cyrano que croise nos amis est celui d'Edmond Rostand, si susceptible concernant son nez).

Les dialogues, dans un monde où les duels se font, non seulement à la pointe de l'épée, mais aussi à travers des rixes de rimes, sont succulents. J'ai un faible pour les pirates et pour leurs répliques, particulièrement théâtrales.

Alors, pour les amateurs de théâtre, de cape et d'épée, d'humour, d'aventure, d'intrigues originales et imaginatives, de bonnes bd... bref, à peu près tout le monde, précipitez-vous! La bd étant actuellement finie, pas de mauvaise surprise, voilà une série dont vous connaîtrez la fin ;)

de cape et de crocs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article